...

...


.
 
 . .SIDI CHEIKH
*** .

ǠϠ ***Ϡ
ǠѠ Ǡ***Ѡ
ʠݠ Ϡ***Ѡ
Ԡɠɠ***Ǡڠ

» 
1 2016 - 16:37  lahcenes

» 
31 2016 - 18:09  

» 
31 2016 - 17:58  

» 
23 2016 - 11:25  

»  .
4 2016 - 18:14  

»  .....
1 2016 - 20:26  

» 
25 2016 - 22:57  

» 
31 2016 - 2:16  

»  . 2016
31 2016 - 0:48  chikh

»  100%
25 2016 - 15:09  omar fouad

» 
25 2016 - 13:31  BRAHIM14

»  " "
19 2016 - 5:16  

» 
17 2016 - 2:20  

»  " " .
15 2016 - 17:15  

» 
15 2016 - 14:32  

» 
15 2016 - 6:14  

»  01201161666 ( - - )
8 2016 - 11:56  

» 
8 2016 - 5:28  

» Asp.net, C#
8 2016 - 4:00  

» 
5 2016 - 17:15  

الإبحار
 
 
 
 
  . .
 
:


  • .
    94%
     94% [ 94 ]
    4%
     4% [ 4 ]
    2%
     2% [ 2 ]
    : 100
    .
    real time tracking
    2011
     
     


     
    Rechercher
    31 :: 0 , 0 31 :: 1


    [ ]

    634 4 2012 - 22:39
    http://sidicheikh.sosblog.fr




     | 
     

     

             





    : 1803
    : 4865
    : 25/05/2008

    :     14 2008 - 13:35

    Dplacement vers l'oriental
    Sidi Rahal, mon point de dpart, est situ peu prs au dessus de la mme ligne mdiane du globe que celle de Figuig, la 3207 N / 0114 W, autrement dit, vol doiseau, cest tout droit de lOcan la frontire Algro-marocaine, donc le Maroc en largeur. Mais par la route, cest tout autre chose : le trajet est long de 1058 km vers loriental via Oujda, ou bien, plus au moins 800 km en traversant le Moyen Atlas et prenant des raccourcis. Le temps ncessaire pour arriver destination varie donc entre 10 et 12 heures de transport, non compris les arrts.
    Jai quitt ma demeure habituelle dans le but de passer deux nuits Rabat pour bien prparer mon dplacement. Donc, ce 17 septembre 2008 7h20 jai pris la gare de lAgdal le premier train de la journe qui tait, comme laccoutume, arriv avec 10 minutes de retard. Ctait bien la premire fois que je nai pas fait attention aux paysages et inconvnients quoffrait le voyage par train., cause du mal que je sentais.
    A mon arrive Oujda vers 17 h, jai vite regagn mon htel, heureusement tout prs de la gare. Comme ctait un dimanche, jai cherch la pharmacie de garde pour prendre les mdicaments afin de soulager mes maux de tte. Puis arriva lheure de prendre mon Ftor que jai aval rapidement. Tout de suite aprs, je me suis mis au lit et, profondment endormi jusquau matin.
    A mon rveil, je me sentais mieux ; jai pris mon petit djeuner un peu copieux puisquen service de buffet. Ensuite, je suis parvenu prendre le train pour Layoune, 45 mn de l, une tape de repos me permettant de passer la journe entirement en famille ; cest la ville natale de feu mon pre. Jtais attendu chez le fils de lune des deux de mes cousines germaines qui habitent Layoune, avec leurs enfants. Il sagit de Si Hamza dont sa mre est Setty Fatna. Aussi bien elle que ses trois surs, tel que je le sentais chaque rencontre avec elles, se font un grand et chaleureux plaisir mavoir leur ct et discuter un peu avec moi. Certainement, elles sentent en moi lodeur de leur oncle maternel, feu mon pre.
    Evidemment que notre discussion avait port sur les anctres. Le travail entrepris par moi pour construire larbre gnalogique tait apprci sa juste valeur. Jappris que pour maider Si hamza et sa sur collectent les renseignements sur la gnration montante. . Comme javais mon billet retour Oujda, personne na pu me retenir du fait que jai convaincu tout ce monde que le mieux pour moi tait de passer ma nuit dans mon htel. Ctait bien ainsi quon mapprouva, pour bien rcuprer et pouvoir poursuivre mon voyage comme prvu. Donc, jai pris le train de 16 h et Oujda o il faisait bon, jai tlphon pour donner signe de vie. Puis, grce au PC mis gratuitement la disposition des clients de lhtel, jai lu mon courriel et y rpondu. Il ntait pas encore 19h lorsque, aprs avoir pris mon casse-croute et mes mdicaments, jtais dj ensommeill.
    A ma seconde journe de ce dplacement et ds mon rveil, jai pris mon petit djeuner.. En quittant lhtel, ce fut une seconde tape de ce dplacement pour visiter les cousins proches et lointains qui rsident Ain Beni Mathar. Cette localit est plus dune heure de route en taxi. A mon arrive, jai cherch voir le monde de cette cit o il faisait chaud, mais pas trop. Ncessairement, il me fallait boire longueur de journe. Install tranquillement, jai tlphon droite et gauche. Le cheikh Haj Mohamed Ben Saad, de la parent collatrale de mon pre, disons un proche cousin, tait absent. Je nai eu que son fils Si Mohamed, qui ma immdiatement rejoint. Au cyber o je me trouvais et la lecture de mon courriel, je narrivais pas mexpliquer le fait de lire un commentaire tomb dans mon blog. Mais je pensais que ctait un bon signe de mon priple, dans la mesure o lobjet du commentaire avait trait aux dmarches de rapprochement des descendants de notre grande famille les Ouled Sid Cheikh et leur gnalogie. Son auteur habite la localit de Beni Ounnif en Algrie. Cest la cit frontalire voisine de Figuig, loasis o jallais me rendre le lendemain. Ctait certainement le fait du hasard ou bien la destine des choses. Naturellement ce ntait pas de la suspicion de ma part.
    Ensuite, jai cherch un cousin lointain originaire de Ain Beni Mathar, mais rsidant en France, en loccurrence Sidi Mohamed Ben Cheikh. A mon regret, il ntait pas sur place. Et, pourtant, lun des buts principaux de ma venue ici tait de le voir pour quil me prsente aux gens de ma sous fraction ; des cousins dont jtais impatient de faire la connaissance. Donc pour cette question, ctait rat, dautant plus que mon accompagnateur ne pouvait men dire quoi que ce soit, bien que sa ligne appartienne la mme branche, les Majdoubi. Jai par ailleurs frapp la porte dautres connaissances que je ne trouvais pas. On dirait que tout le monde tait parti ailleurs et ensemble pour une mission dtermine ou un vnement saluer.
    Mais, finalement, jai pu mettre la main sur Sid Abdelkader Bentayeb chez qui, aprs les salutations dusage de bienvenue et dhospitalit, je me suis bien repos, avec le fils de mon cousin. Notre discussion tait chaleureuse et approfondie au sujet de ma recherche ancestrale. Jai eu droit tous les louages et les loges pour ma dmarche. Tous les sujets abords mavaient satisfait. Mon ide daller Ogdet Mangoub pour tenter de vrifier les lments dinformation en ma possession au sujet dun ventuel sanctuaire Ogdet Rhamna, en en Algrie, 5 km de la frontire, a t apprcie par mes interlocuteurs ; ce qui mencouragea davantage persvrer, sagissant du second but de ma venue ici.
    Mais jai appris que le transport vers la frontire faisait dfaut. Pour my rendre, il me fallait trouver un transporteur clandestin. Aprs une longue confrontation et la rflexion, jai du carrment renonc mon ide. Dautant plus que jai expliqu Si Mohamed, le fils de mon cousin le Cheikh, que ctait bien lui ou lun de ses frres qui sont sur place, daller lorsquils en ont auront loccasion pour recueillir les prcisions dont jai besoin pour mon enqute. En effet, jai remarqu en examinant leur ligne ancestrale que leur aeul de la troisime gnration aprs le grand et prestigieux Sidi Cheikh, sappelait Sidi El Majdoub. Pour moi ctait plus que probable que ce soit cet anctre, tte de ligne ancestrale, au niveau de notre sous fraction commune, qui est enterr lendroit en question. Jespre quun jour on en saura davantage sur cette question. En tous les cas, ces lments constituent une nouveaut dans ma recherche. Ce qui fit que ctait dj un rsultat probant dans mon enqute.
    Voulant rentrer immdiatement Oujda pour ma dernire nuit, jai pris le taxi. A mon arrive, il ne faisait pas chaud, ce qui tait exceptionnel, mais surtout trs agrable pour moi.
    A suivre
        





    : 1803
    : 4865
    : 25/05/2008

    : :     26 2008 - 17:50

    :
    [ ]
        
    ali12




    : 215
    : 3293
    : 19/04/2008

    : :     26 2008 - 22:12

    .


    : [ ]

    : [ ]
        





    : 1803
    : 4865
    : 25/05/2008

    : :     27 2008 - 11:13

    . ȡ . .
        
     
              
    1 1

    :
     ::   ::  -