...

...


.
 
 . .SIDI CHEIKH
*** .

ǠϠ ***Ϡ
ǠѠ Ǡ***Ѡ
ʠݠ Ϡ***Ѡ
Ԡɠɠ***Ǡڠ

» 
1 2016 - 16:37  lahcenes

» 
31 2016 - 18:09  

» 
31 2016 - 17:58  

» 
23 2016 - 11:25  

»  .
4 2016 - 18:14  

»  .....
1 2016 - 20:26  

» 
25 2016 - 22:57  

» 
31 2016 - 2:16  

»  . 2016
31 2016 - 0:48  chikh

»  100%
25 2016 - 15:09  omar fouad

» 
25 2016 - 13:31  BRAHIM14

»  " "
19 2016 - 5:16  

» 
17 2016 - 2:20  

»  " " .
15 2016 - 17:15  

» 
15 2016 - 14:32  

» 
15 2016 - 6:14  

»  01201161666 ( - - )
8 2016 - 11:56  

» 
8 2016 - 5:28  

» Asp.net, C#
8 2016 - 4:00  

» 
5 2016 - 17:15  

الإبحار
 
 
 
 
  . .
 
:


  • .
    94%
     94% [ 94 ]
    4%
     4% [ 4 ]
    2%
     2% [ 2 ]
    : 100
    .
    real time tracking
    2011
     
     


     
    Rechercher
    13 :: 0 , 0 13 :: 2


    [ ]

    634 4 2012 - 22:39
    http://sidicheikh.sosblog.fr




     | 
     

     AL WAADA en 2005

             





    : 1803
    : 4859
    : 25/05/2008

    : AL WAADA en 2005    22 2008 - 20:43

    LA WAADA
    La date du Moussem quorganisent annuellement au Maroc LES OULED SID CHEIKH, tait dcide par la zawyia, situe 9 km de An Beni Mathar pour les 19 - 20 et 21/08/05. Jai pris mes dispositions pour y tre prsent, et ctait mon frre, venu de France en vacances, qui my avait conduit dans sa voiture, en compagnie de son fils qui tait tout le temps au volant.
    On quitta Rabat pour rouler toute la nuit afin dchapper la chaleur du jour, et nous arrivions la zaoua vers 11 heures le lendemain. A premire vue, des signes dorganisation visibles ne trompaient pas ; un service dordre prenait les visiteurs en charge ; laccueil en disait beaucoup, et des comits se partageaient toutes les tches pour le bon droulement de cette grande fte spirituelle. A ma demande, jai eu lexplication comme quoi la zaoua se chargeait de nourrir les plerins durant cette premire journe, et les grandes familles prenaient la relve les deux jours suivants. Dj, des tentes Cadales se mettaient en place tout autour du Masjid, la mosque, formant un grand cercle ; on en remarquait deux du genre nomade, toutes noires, celles de la tribune et du poste de commandement. Les gens de tout bord taient pied doeuvre ; on dchargeait des camions du matriel divers, et le dbarquement des chevaux se faisait avec toutes les prcautions ncessaires.
    Tout coup, la foule sarrta pour la prire solennelle du vendredi. Ctait le moment du prche, la Khotba, quon couta sans bruit, aucun, Je me trouvais lintrieur de la mosque faisant office de zawyia ; un lieu o rgnait une chaleur leve, mais supportable ; dans toutes les ranges, les fidles faisaient preuve de respect de lautre et de considration au plan humain. On pria collectivement selon la tradition observe en ce grand jour du monde musulman, moment important pour toute lassistance. Ds la fin, tous les endroits disponibles se transformaient en salles manger, avec des groupes forms en cercles de huit dix personnes ; les discussions revtaient un caractre aimable dans une atmosphre conviviale. On partageait un repas de couscous, quon mangeait laide des cuillres soupe, jusqu rassasier. En effet, ce plat, que mon mdecin ma dconseill de prendre, semblait tre trs nourrissant, puisqu base de semoule avec certainement, comme ingrdient, du beurre sal trs fort et de la viande. Le service tait impeccable ; les invits, assoiffs cause de la temprature ambiante, avaient suffisamment de sauce pour bien arroser le couscous ; on leur servait de leau frache quils rclamaient en quantits normes. Tout de suite aprs, l o je passais, je remarquais partout les gens allongs dans lombre, mme le sol, sur des nattes pour la sieste.
    En prenant les premiers contacts, jai appris que les personnes que je dsirais rencontrer ntaient pas de la fte ; je renonais donc mon intention de soumettre et commenter lide de cration de la fondation, toujours en stade de rflexion. Cependant, je fis la connaissance dun jeune chercheur qui prparait sa soutenance de doctorat propos du Cheikh Sidi Abdelkader, et cela me rjouit, dautant plus quil avait une confrence donner dans le cadre du programme de la Waada ; noter que le droulement minutieux de toute cette crmonie napparaissait nulle part, croire que ctait fait la sauvette.
    Toujours utile que lvnement avait attir beaucoup de monde ; bien que quelques gens ne semblaient viser que la gratuit de la bouftance et le bienfait de lhospitalit, saisis en tant que Baraka de la zaoua. Aprs salat El Asr, et en raison de la prvision de la monte de la chaleur durant la nuit, on navait dautres solutions que de se sauver, dans le but de revenir le lendemain ; dautant plus quil tait difficile de sabriter en toute scurit ; les conditions dhbergement confortables ntaient dailleurs pas assures. De plus le chergui, ce vent saharien trs redoutable, sannonait dj. On quitta donc les lieux, et la sortie, on voyait que les cavaliers sentranaient en rptions pour se prparer de la Fantazia
    Le matin du 20 aot, qui concida avec la fte de la rvolution du Roi et du Peuple, nous tions tous les trois revenus sur place mais en taxi cause de la mauvaise piste qui mne de la route principale la zaoua. A lentre, chaque visiteur recevait automatiquement le numro de la tente qui se chargeait de les nourrir ; naturellement, il navait pas se gner en sintgrant spontanment au groupe, mme sil nen connaissait personne. En traversant le campement, japerus Sidi Haj Hakmi qui je prsentai mon frre pour faire connaissance dans le but de se revoir Paris. Avec lui, on se dirigea directement vers la tente du proche qui nous attendait, en loccurrence le Cheikh Haj Bensaad. Ce dernier, bien que trs occup superviser lopration de nourriture des plerins, il nous accueillit chaleureusement ; ctait donc notre hte ; ds que nous mettions les pieds dans la petite tente rserve aux membres de sa famille, les prsentations et les accolades se succdaient nen pas finir. Mon frre, son fils et moi-mme, nous avions droit tous les honneurs, et ctait pour moi un moment trs agrable. On nous servit dj, avec du th la menthe, du Rghaf , ces fameuses crpes si apprcies au Maroc par les touristes. Je nen prenais pas, et prfrais une marche pieds pour la reconnaissance des lieux. Ce tour me permit de voir comment la fte se prsentait, et mon neveu de maccompagner. Tout dabord, je dcouvris que le patelin na rien envier aux endroits quon trouve partout au Maroc dans des enclaves du dsert ; des terres arides et caillouteuses lentouraient ; cest une oasis trs minuscule, avec des champs de culture et notamment des luzernires, limites par des haies en rosiers et quelques arbres assurant de lombre ; dans les ruisseaux, leau ntait pas abondante. Lhabitat existe et les maisonnettes en pisse en est la preuve ; il y a une cole et un dispensaire rural. Concernant lorganisation de la fte, on tomba sur les marchands de fruits et lgumes, pour loccasion, cantonns dans leurs tentes. Attirs par les tirs en cascades, lodeur de la poudre et de la poussire, mon neveu et moi, nous nous transformions en spectateurs de la Fantazia, ancre dans la culture marocaine. Avec les activits spirituelles, cette course de chevaux marquait la clbration de cette manifestation. On releva lorgueil et la fiert des cavaliers. Mon neveu apprcia et photographia cette reprsentation de divertissement. Ctait beau, sympathique et inoubliable.
    Nous revenions la tente, et aprs la prire, on nous servit un reps copieux, mme si la chaleur me coupa lapptit, je mangeais ma faim un peu dun tagine (plat cuit ltouffe) dlicieux. Aprs quoi vient la discussion tte repose, alors que le th, cette boisson nationale, laccompagnait ; ctait un dialogue mmorable, intressant et fructueux. Jen ai appris des choses et notamment le fait que mon pre tait un homme courageux. Jai donn beaucoup dimportance la manire de vivre de cette population un peu particulire. On me fit savoir que le gouverneur de la province et sa suite taient arrivs. Ctait donc dans cette ambiance conviviale que prenait fin pour moi cette visite qui mapprocha un peu plus de la communaut dont feu mon pre quAllah lait en sa misricorde est issu. Jai regrett de ne pouvoir rester jusqu la clture, et avant de quitter les lieux, on ne manqua pas, dans un petit cercle, dimplorer Allah que nous louons de nous assister, nous guider et nous protger. Que la baraka de notre cheikh nous accompagne !
        
    CKB




    : 328
    : - -
    : 3406
    : 17/05/2008

    : : AL WAADA en 2005    23 2008 - 0:29

    " " : .. .. .. .. .. .. . / .
        





    : 1412
    : www.cheikhiyya.com
    : 4642
    : 29/04/2008

    :     23 2008 - 1:37









        
    CKB




    : 328
    : - -
    : 3406
    : 17/05/2008

    : : AL WAADA en 2005    23 2008 - 2:26

    .. " " .. " .. / .


    CKB 23 2008 - 2:34 1
        
    chikh




    : 2785
    : /
    : 5525
    : 11/04/2008

    : : AL WAADA en 2005    23 2008 - 2:30

        
    http://sidicheikh.yoo7.com





    : 1803
    : 4859
    : 25/05/2008

    : : AL WAADA en 2005    1 2008 - 16:28


    . .
        




    : 2
    : 1976
    : 09/07/2011

    : : AL WAADA en 2005    10 2011 - 23:24


    :
    .
        





    : 1803
    : 4859
    : 25/05/2008

    : : AL WAADA en 2005    11 2011 - 0:18

        





    : 1803
    : 4859
    : 25/05/2008

    : : AL WAADA en 2005    17 2013 - 10:56

    CKB :
    .. " " .. " .. / .
        
     
    AL WAADA en 2005
              
    1 1
     
    -
    »  Norton 2005
    »  9
    » 
    » !!!! !!!!
    » 

    :
     ::   ::  -